Après l’auto-entreprise, quel statut choisir ?

Le statut d’auto-entrepreneur est limité. Plusieurs raisons poussent les dirigeants à quitter ce statut. Le dépassement du plafond autorisé constitue une contrainte vis-à-vis de la croissance de l’activité. L’existence des frais importants peut constituer une raison de changer de statut suite à une pression financière. Le statut prévoit de minimiser les charges.

Le choix du statut après l’auto-entreprise

Le développement d’une activité oblige l’auto-entrepreneur à s’accaparer d’un nouveau statut. La micro-entreprise est possible lorsque les chiffres d’affaires et les recettes ne dépassent pas la limite imposée. Dans la mesure où l’état financier de votre entreprise dépasse les seuils légaux, vous vous transformerez en entreprise individuelle automatiquement. Il existe toutefois 2 possibilités de statut suite à l’auto-entrepreneuriat. Premièrement, vous pouvez opter pour une entreprise individuelle ou EIRL. Il s’agit d’une manière d’appréhender la simplicité dans le choix de votre statut. Par ailleurs, vous pouvez orienter votre choix vers une SAS (Société par Actions Simplifiée) ou une SARL (Société à Responsabilité Limitée). Dans l’optique de privilégier la sécurité et la fiscalité, vous pourrez prioriser ces types de statuts. Le fait de changer de statut son entreprise est fortement recommandé pour éviter l’automatisation de ce dernier.

Fixer un nouveau statut suite à l’auto-entreprise

En vous mutant vers une entreprise individuelle, vos patrimoines personnels et professionnels seront confondus. Les problèmes sont à éviter dans ce cas. Ce régime peut être pénalisant du côté fiscal car vous avez l’obligation d’imposer les bénéfices de l’activité au titre de l’impôt sur le revenu. Il n’y a pas d’exception en cas d’emprunt réalisé. Le statut d’entreprise individuelle vous avantage grâce à sa souplesse. Il est conseillé pour les entreprises de petites activités  de recourir à ce régime. Vous pouvez aussi recourir à des formes plus courantes comme les SAS et les SARL. Ces types de statut sont particulièrement avantageux du côté fiscal. En effet, il y une optimisation entre salaire et dividende. Vous pouvez ainsi choisir votre statut social.

Déterminer un nouveau statut après l’auto-entreprise

Le SARL et les SAS vous permettent de choisir votre statut social. Ces statuts peuvent sécuriser votre patrimoine, mais leurs coûts sont élevés. Le statut choisi doit toujours répondre à la logique de l’auto-entreprise. Force est de constater qu’un changement de régime impliquera des nouvelles contraintes. L’entreprise individuelle est surtout recommandée aux entrepreneurs indépendants disposant d’une maîtrise de risques. L’aventure auto-entrepreneuriale peut vous faire valoir une réussite aux dépends de vos ambitions professionnelles.

La newsletter, outil de fidélisation ?
Le portage salarial : une alternative qui séduit les auto-entrepreneurs